DudeGuitars a dit :
@
Comme tu le sais, Cortez, c'est quasiment du domaine du sacré, donc ça ne se profane pas. C'est un temple éternel, mais évanescent, où chacune de ses interprétations en est la fragile reconstruction.