Le Taz a dit :
@from hell
Pour moi, pas de 498T dans les 50's ou 60's, et encore moins dans les années 70. Je ne dis pas qu'ils font du cheap, mais qu'ils bricolent souvent chez Gibson. Ils ont souvent fait de mauvais choix (ce qui est très facile à dire avec le recul, donc ce n'est pas un procès que je leur fais). Si je prends l'exemple des Deluxe, ce n'est pas par hasard. Ils ont redémarré en catastrophe la LP en voyant de vieilles Standard s'imposer dans le gros rock et les premières copies arriver du Japon. Ils ont pris le revival au pied de la lettre ont donc fait le choix des P90, ce qui ne correspondait pas aux attentes. La relance de la Custom était cohérente avec sa niche, mais la Deluxe un peu à la traîne côté vente. Il y a donc quelqu'un qui a eu l'idée de passer en catastrophe les micros des Casino, fabriquées elles aussi alors à Kalamazoo. Je ne dis pas que c'est cheap, j'aime plutôt ces minihumbuckers et les Casino de cette époque sont vraiment des guitares d'exception, et ça fonctionnait vraiment très bien sur les LP DLX. Ce n'était pas pour illustrer un problème de qualité, mais de choix qui, avec le temps, paraissent parfois incompréhensibles (celui des P90 pour les premières RI), et que donc Gibson est souvent passé à côté de sa cible sur des petites choses qu'elle n'a pas su appréhender au bon moment.

Je dis juste que Gibson s'est souvent retrouvée en position de suivisme, conduisant parfois à du bricolage. C'est pour des questions d'économies et de stock que les Deluxe sont des sandwich de bois qui incorpore plusieurs essences qui les fait peser une tonne et demie (au moins), ce n'est pas un choix de lutherie. Le massacre de la SG Deluxe n'était pas un choix marketing, esthétique, mais de pure rationalisation : biseaux supprimés sur les cutaways, contrôles montés à l'avant pour gagner du temps et supprimer le nombre de manipulations sur la chaîne d'assemblage... Ils ne seraient pas retrouvés autant de fois au bord du gouffre si ils n'avaient fait que des choix pertinents. Et encore une fois, c'est très facile à dire avec le recul, à propos d'une industrie qui devait faire des choix sur un produit aussi jeune alors, et une cible plus que mouvante, diverse et très volage.

Pour moi, il y a pire chez Gibson que les 498T, et tu seras d'accord avec moi que ce n'est pas parce qu'il y a écrit Gibson dessus que c'est nécessairement bon. Ce sont des affaires de goût, je te l'accorde. Je te donne mon ressenti, je n'ai pas un plaisir particulier à le "basher". A mon goût (et celui de pas mal de monde j'ai l'impression), ce micro ne collait pas avec la lutherie proposée à ce moment là (donc peut-être aux essences) ni aux sonorités recherchées. Le 500T était par contre déjà apprécié et l'est toujours. Tiens, les Dirty Fingers plaisent encore à certains, et ils répondaient à une tendance (et perso j'ai détesté tous ceux que j'ai joués). Idem pour les Tarbacks (Super Humbuckers), largement conspués à l'époque (que je ne trouve pas aussi mauvais qu'on le dit).

Le 498 n'est pas le PAF originel, ni un T-Top, il n'est pas le son Gibson (pour moi il y a des sons Gibson). Je trouvais que ça ne fonctionnait pas sur les deux Gibson 90's que j'ai eu et les autres que j'ai essayé. En clean et crunch bluesy, c'était ok. Pour le saturax, on ne retrouvait pas ses petits en dynamique et en précision. Je précise qu'elles étaient beaucoup plus sombres que ce que fait Gibson actuellement sur les mêmes modèles. Ca repose aussi sur la lutherie, l'amplification (c'était le règne du 800 à son lancement) et d'utilisation. Il fallait un petit côté vintage, rocailleux, mais du gain et du gras pour allumer des amplis alors plutôt bright et moins saturé que ce qu'on trouvera ensuite dans les années 90. Ils ne proposaient pas que ces micros là à l'époque, on pouvait aussi en changer au détail, ce qui était déjà tendance à l'époque. Il était aisé de mettre un Classic 57 ou un 500T, et bien sûr DiMarzio et Seymour, c'était déjà un sport depuis la fin des 70's. Le choix du micro de série était aussi moins fondamental à l'époque que durant les 60's ou au début des 70's.

Je ne te dis donc pas que c'est un micro cheap, mais une mauvaise association à un instant T, avec certaines essences de bois, la technologie d'amplification et les attentes en terme de son et de style musical. Un 498T dans un 2203, ça marche. Dans un Dual Rectifier, c'est plus compliqué. Surtout avec des LP beaucoup plus sourdes, chargées en bas, que ce qu'on a depuis le début des années 2000.