Le Taz a dit :
@Jean.
il y a longtemps ça s’apprenait par les expériences de la vie

Mouais, c'est très aléatoire, dépendant aussi de ta manière de tirer un enseignement de la-dite expérience. Il est plus intéressant d'échanger et de partager les expériences, ce qui instruit tout autant voire plus, puisqu'on peut la passer au filtre de l'esprit critique en collectivité, exactement ce que nous faisons en venant ici. C'est Confucius qui disait qu'il est vain de lire sans réfléchir, mais dangereux de réfléchir sans livres ni maîtres. Bon, Lao Tzeu a aussi dit que le seul moyen de le soigner était de lui couper la tête. A moins que ce ne soit Hergé ? :lol:

Noam Chomsky a écrit un livre qui fait référence. Je ne m'étendrai pas sur l'auteur qui est, de mon point de vue, parti en vrille ensuite. Ce que tu dis - de ne pas en faire un maître - est important. Il faut pouvoir le remettre en cause. Sans arriver à une méthode hyper-critique qui n'a plus rien de rationnelle, il faut savoir remettre en question une oeuvre, une pensée. Même pour la conforter. Tiens, tu présentes quelques affirmations ici, mais les as-tu étayées, vérifiées avant de baser ton jugement dessus ? Pas pour nous, mais pour toi ? Sur quoi te bases-tu pour affirmer que le niveau baisse par exemple, à part une impression et le partage d'impressions entre amis ? Que tous les politiques sont pourris (j'exagère ton propos, pardon) ? As-tu des chiffres pour tout ça ? Des statistiques, qu'on pourrait mettre en perspective dans le temps ou juste sur un échantillon pertinent ? Ce sont des questions qu'on doit tous se poser, qui peut consolider une conviction ou nous éviter de nous tromper. Après tout, tu ne ferais pas un circuit sans connaître la valeur de tes composants, et choisirais leur valeur en fonction du circuit. Bref, tu recouperais le tout. C'est pas pour toi personnellement, on a TOUS ce travers, moi y compris, à un moment ou à un autre, sur un sujet ou un autre, parce que nous ne sommes pas des machines. Notre cerveau peut nous jouer des tours, et pas seulement sous le coup d'une émotion.

Le risque peut être de prendre pour argent comptant un postulat, parce qu'il nous conforte. Il en va de même avec un auteur. Je pense à Orwell et Huxley qui sont invoqués à longueur de temps par des gens qui n'ont vraisemblablement pas parcouru le reste du travail de ces auteurs, leur vie, juste pour être sûr de bien comprendre ce qu'ils disent. Car certains comprennent de travers, utilisent à contre-emploi, voire se vautre dans les dérives (novlangue par exemple) qu'ils dénoncent par la voix de ces auteurs. Il faut être prêt à remettre en cause ses convictions, ses certitudes, mais pas n'importe comment ni à n'importe quel prix. Bref, on est bien HS. Revenons à nos moutons (BFM, of course).