Groove Connected a dit :
@denis-musicien-cool
Tiens le rageux des Markbass Môôôssieur Denis fait encore sa mauvaise pub hahaha

Bah moi j'ai un vieux LMII d'occasion fabriqué en ... piouh 2007 !! qui tourne comme une horloge alors qu'il est trimballé partout, jamais rien de remplacé, alors bon... vos généralités sur Markbass et les amplis classe D, hein... et par chez moi personne n'en a jamais cramé un seul, par contre je peux signaler 100% de ventilos défectueux sur les nouveaux combo Ampeg Ba-112 V2 75 watts, d'ailleurs ils sont au courant chez Algam, mais pour ça il faut avertir le responsable produit avant de confirmer qu'un matos est effectivement mal né, responsable produit qui vous confirmera que "oui il y a bien un gros souci sur ce produit, c'est réparable via un calibrage électronique du ventilo qui peut-être effectué dans un centre technique agréé".

Il y a aussi les habitudes à prendre en compte: tu le branches comment ton ampli ? tu l'allumes comment ? tu l'éteins comment ? ça paraît idiot, mais il y a une chaîne à respecter: de l'humain vers le bouton de volume, etr quand on débranche du bouton de volume vers l'humain, comme ceci:
quand on se branche:
basse --> jack dans sa sortie ---> connecter jack dans input ampli --> vérifier que le volume est à 0 ---> allumer ampli --> et seulement monter le volume, ou le gain.
quand on a fini:
on baisse le volume à 0 --> on éteint l'ampli --> on débranche le jack de l'input de l'ampli --> et seulement maintenant on débranche le jack de la basse.

Je fais comme ceci depuis 30 ans, je n'ai jamais rien cramé de ma vie. Il y a aussi tout ce que l'on cale dans cette chaîne: préamplis, compresseurs, filtres en tout genre en racks ou pédales, qui eux-aussi peuvent provoquer des "merdes" à la longue si l'on n'alimente pas avec les bons adaptateur secteur ou cordons.

Donc avant de vilipender une marque, de dire qu'une technologie est morte née, on se remet en question, même tout pro que l'on est hein Denis... :wink: pour changer ses routines si besoin est.

La distribution d'électricité est à considérer aussi, elle est sujette à caution depuis un moment, parasites en tous genres aux heures de pointes (exemple: je donne des cours le lundi soir à 19h = parasites alors que l'après-midi en semaine c'est nickel) et le Linky ne va pas arranger les choses puisque ça va permettre de réguler la distribution en fonction des "habitudes des consommateurs", en clair avec un linky si vous voulez bosser l'instrument à une heure inhabituelle, il se pourrait que ça ne tourne pas aussi bien que vous ne l'espériez..

Alors ouais... je réponds après 3 ans, mais quand je lis des trucs pareils par hasard, ça me hérisse le poil. Beaucoup trop de paramètres sont à prendre en compte.

Maintenant, qui a pensé à un simple... parasurtenseur ? car le problème du lieu en question vient probablement de là:
Surtensions Industrielles

ou surtensions de manoeuvre : phénomènes engendrés par la mise en route ou l’interruption de puissances électriques.
Les causes de surtensions industrielles sont :

Démarrage de moteurs/transformateurs
Starters d’éclairage
Commutation de réseaux d’alimentation
«Rebond» d’interrupteur dans circuit inductif
Fonctionnement du fusible ou du disjoncteur
Chute de lignes...

Ces phénomènes très fréquents vont générer des surtensions transitoires de plusieurs kV avec des temps de montée de l’ordre de la microseconde qui vont perturber les équipements de réseaux sur lesquels le système perturbateur est connecté.
Surtensions Électrostatiques (ESD)
L’être humain est assimilable électriquement à une capacité de 100 à 300 picofarads : en se déplaçant sur une moquette synthétique par ex., il peut se «charger» jusqu’à 15 kV et, en touchant un élément conducteur, se décharger en quelques nanosecondes avec un courant d’une dizaine d’ampères. Tous les circuits intégrés (CMOS,...) sont très sensibles à ce type de perturbation. La réduction de cette perturbation est généralement réalisée par le blindage et la mise à la masse.
Le phénomène IEMN (Impulsion électromagnétique nucléaire)
L’explosion nucléaire exo-atmosphérique en haute altitude provoque un champ électromagnétique intense (jusqu’à 50 kV/m en 10 ns) qui rayonne sur une zone au sol pouvant atteindre 1200 km de rayon.
Au sol, ce champ va induire des surtensions transitoires très élevées sur les lignes d’énergie, de transmission et sur les antennes... et donc détruire les équipements terminaux (circuits d’alimentation, terminaux informatiques, équipements téléphoniques...).
L’augmentation du champ peut atteindre plusieurs kV/ns. Bien qu’il soit difficile d’éliminer toutes les surtensions induites par une impulsion électromagnétique, il existe des moyens pour les réduire en «durcissant» le système à protéger.
Malgré l’amplitude du phénomène, des solutions de protections peuvent être adoptées telles que le blindage, le filtrage/protection surtension adaptés au phénomène IEMN.