vulcaniasubmarine a dit :
Hello,

Décidément, que ce soit Magma, KC, Zappa ou encore Mahavishnu... Je prends ça comme des compliments ! De sacrés clients, du beau monde !

Reste l'épine dans le pied des fameux sons. Encore que, tous ne soient pas catastrophiques. Mon Rhodes, mon vibraphone, ma basse, ma batterie... ça peut aller, je crois. Pour le violon, c'est juste un VSC 55 de chez Roland, mais une version que je ne peux paramétrer, ce qui explique le son "droit", sans aucun glissendo. On m'a passé un autre VST, mais pour l'instant, je n'arrive pas à l'utiliser, ça devrait se résoudre quand je verrai mon ami, virtuose dans les installations. Quand ce sera fait, le jeu de violon changera, et intégrera le pitch bend. Et le son sera nettement meilleur, sans aucun doute.

Quant au sax, c'est un module "saxband", géré par Kontakt, déjà pas rien, et bon, que dire ? Pendant très longtemps, j'ai fait avec des sons vraiment pourris, et dans ma petite tête, je m'en foutais, je préparais le terrain à des musiciens, naïf que j'étais. Je mettais en place un répertoire qui, je n'en doutais pas, allait être joué ensuite ! J'ai compris ensuite en voyant mon ami Rudy, une bestiasse à la batterie, se vautrer, avec une musique plus accessible, jouée par des pointures, et qui passaient 6 ou 7 fois, pas plus, avant de se disloquer. Il avait quand même réussi à rassembler que des très bons et finalement, pour quel résultat...

Je veux dire que si, à l'époque où je me suis jeté dans la composition, j'avais su que je n'avais, en réalité, pas la moindre chance vu le milieu et l'état déplorable de la musique en France, je ne l'aurais sans doute jamais fait, je me serais plus investi dans l'écriture ou les arts plastiques. Donc, ces morceaux, on les doit, très concrètement, à mon inconscience, ma passion, ma méconnaissance du milieu à cette époque. J'étais enthousiasmé par Magma, qui m'avait tourné la tête. Ma vie a basculé quand j'avais 16 ans. Jusque là, la musique me passionnait, mais ça n'avait pas été ma raison de vivre.

Je me suis "habitué" au son pourri, j'ai fait carrément l'impasse sur cette question, ce qui fait que même maintenant, n'ayant jamais travaillé cet aspect des choses, quand on me passe un synthé pour faire tel ou tel instrument, il me parait meilleur que le précédent, aucun doute, mais je suis encore surpris qu'on puisse me dire que ça n'est pas terrible. Je le crois mais je n'ai, au fond, pas vraiment d'avis sur la question. Ce qui m'intéresse, c'est pousser plus loin mes obsessions de compositeur. Voir jusqu'où je peux aller. Un peu comme Fripp, album après album, si je puis oser telle comparaison. Je me sens "porteur" d'une musique, je dois la mettre au monde, et déjà, j'ai le sentiment de ne pouvoir le faire que virtuellement, vu les conditions actuelles et mon manque de technique aussi, il faut l'avouer.

En fait, je n'ai pas le choix.

J'ai, sous la main, des machines qui jouent le truc tel que je l'imagine, sans faire d'histoires.

Sans me dire, comme un gratteux que je connais, "ce n'est pas mon style". Le gars, je lui demande si je peux prévoir des lignes à l'unisson entre la gratte et le vibraphone, il me dit ok. Un mois de boulot acharné après, je me pointe avec un morceau, "oui mais ça n'est pas mon style". Tous ces efforts pour rien !
Ou alors, des gens qui vous disent "ouais, ça va le faire, j'adore ton truc", et en définitive, ne font strictement rien. N'ont pas le temps, because trop occupés à jouer quelque chose "qui rapporte". Eh oui, la logique du système. Ou alors trop forts en gueule, comme c'est toujours le cas dans le midi, où les gens parlent, parlent, mais font rarement.
Ou encore, qui s'y mettent, mais abandonnent après s'est disputés avec leur copine. Ou après que celle-ci ait déclaré attendre un gosse, "et maintenant, faut devenir adulte".

Et ainsi de suite.

Là, ma foi, j'ai des instruments qui jouent sans faire d'histoires. Plein de gens m'ont dit aussi : "n'importe comment, avec ce que tu prévois, il te faudrait des super pointures, des Michael Brecker, Mike Manieri, Dave Weckl et autres, que tu n'auras jamais". Ils n'ont pas tort, je crois.

Là, je suis bien embarrassé : comme je réattaque les claviers, j'ai un bassiste qui me dit qu'on devrait monter notre truc ensemble, et tant qu'à faire, à part une ou deux reprises, foncer bille en tête vers la création. Ce qui signifie mettre mes trames à contribution. Moi je veux bien, mais déjà perso, je n'ai pas forcément le niveau, en tous cas pas maintenant, pour jouer ça. Et puis comment adapter ? Comment convertir ces idées en quelque chose d'opérationnel, en fonction de qui viendrait ? Pas évident.

Quoi qu'il en soit, ça se passerait du côté de Toulon, s'il y a des amateurs - ah, il n'est pas prévu de guitare, sauf si vraiment je tombais sur quelqu'un qui verrait la guitare comme je la vois, mais on en parlera peut-être, c'est un peu prématuré.

Pour l'instant, j'ose à peine envisager de monter un truc dans lequel je serais derrière les claviers, je l'avoue. Et sur mes idées, alors là...

Tout ça bouge trop vite pour moi. Mais je n'en suis pas mécontent.

Après des années de solitude quasi totale...

Bon, à suivre. Et merci des encouragements (je préfère ne relever que ça. N'importe comment, les sons, eux, vont changer, je le sais).



P.S. : les histoires de soundfonts, j'avoue que je ne comprends pas. C'est censé servir à quoi ? Et là, ce qu'on doit pouvoir télécharger, on en fait quoi après, on s'en sert avec quoi ?