Colère anonyme a dit :
J’avoue avoi eu la larme à l’oeil sur ce coup-la. Comme Cabu, en fait, même si les conditions sont incomparables, ce sont mes jeunes années qui commencent à s’envoler.