Jypass a dit :
J'ai fini. Je crois...

Je suis allé au bout de ce que certains appelleront peut-être folie : upgrader (ils diront dégrader) une Peerless Imperial achetée neuve, même si en solde.
- Changer son micro (celui que j'ai monté sur la Sherwood) dès les premiers jours en le remplaçant par un Bartolini 'Djazz' nommé 5J et reçu les pattes inversées (soldé sans doute pour ça aux US) ;
- Supprimer le gros bouton d'ébène proéminent de son unique potard de volume ;
- Refaire son électronique (lui ajouter un tone + un treble bleed (ça devient une manie !) ;
- Surtout refabriquer en ébène son fingerrest à partir d'un vieux plateau colonial importé à bas prix du Commonwealth pour qu'il ne soit plus vissé à la table (massive et sculptée) et la laisse vibrer ;
- Surtout trouver comment le fixer au manche et éviter le contact à la table ;
- Cacher de minis potards (Schatten) sous le nouveau fingerrest ;
- Laisser libre l'ouïe (plus qu'une L5) mais déborder sur elle un peu pour masquer le câble électrique qui relie les potards au jack ;
- Masquer la patte laiton du micro du µ Bartolini (opposée à celle que cache le fingerrest) par une lame d'ébène ;
- Sculpter un nouveau logo en 'rilievo schiacchiato' à la Donatello (désolé, déformation professionnelle !), dans de l'ébène pour supprimer le pompeux Imperial et surtout éviter l'écriture originelle du premier qui suivait mal la courbure du parchemin...

Alors, mieux qu'une L5 de chez Gibson ?
Je ne sais pas ! Mais en tout cas mieux qu'une Peerless Imperial ; à mon goût.

Résumé : ce n'est pas parfait, mais ça me semble mieux...
— Pour le look, oui, à mon goût. J'ai horreur du plastique écaille de tortue de l'américaine. Mais le raisin est-il trop vert ?
— Pour le son, je ne sais pas, jamais essayé de L5.
— Pour le prix, oui, c'est sûr, L5, pourrais pas.

Si j'avais la force, je retaillerai un autre logo. Si on regarde bien l'ancien dépasse un peu par dessous celui que j'ai posé... limé trop juste !
J'avais pensé aussi à gravé mes initiales. Je rêverais d'une guitare "signature" ! Pensé aussi mettre un sticker like abalone... J'en ai commandé. Pour voir. Mais je sais déjà que j'aurais à les réduire pour qu'ils s'inscrivent dans le parchemin. Sauf si j'envisage un parchemin plus gros... Bah ! On verra aussi si je me lasse des touches à la Renoir faites au vernis à ongle blanc, même pas nacré...

Photos :

1 ) à 3 ) : La Peerless Imperial aujourd'hui.

4 ) "Avant" la Peerless Imperial sortie du carton ;
5 ) "Après" ;
6 ) le logo Imperial "avant", mal écrit (Se sont pas fait chier les designers !) ;
7) le logo "JyPass", pas poli miroir ni verni, et ainsi assorti à la trappe ébène du truss rod et au fingerrest, cordier, à touche.

8 ) Schéma des potards et treble bleed ;
9 ) Montage des potards sous le fingerrest ;
10 ) Cale du fingerrest fixée au manche. J'ai retaillé un bout d'ébène à l'image de ce que fait Benedetto pour son fingerrest. NB : Les trous dans la table sont ceux de la cale d'origine Peerless. Je n'ai pas pris la peine de reboucher...
11 ) Le micro Bartholini et sa patte laiton à la place de l'Épiphone (no-name ?) qui lui, avait les pattes peintes en noir.
12 ) un petit bout d'ébène pour cacher la-dite papatte.

NB : j'ai évité de donner les valeurs en µF ou uF, nF, pF ; schéma des condos directement issus du net bien que montage pour assembler avec le treble bleed... Ah si ! j'oubliais le condo de tone, ce n'est pas celui qui est fourni avec les potards Shatten, mais un "Mallory 150, 0,022uF" (copié-collé depuis la facture Banzai !), et, heu… « 150 » c'est quoi ? une référence de la marque ?