Litcheur a dit :
@DudeGuitars
C'est un peu différent en droit commercial US. Le dépôt de bilan (bankruptcy, banqueroute dans notre bonne vieille langue) peut prendre un nombre impressionnant de cas de figure différents (chapters). Il appartient normalement à la boîte elle-même de choisir sa forme de dépôt de bilan la plus appropriée ou la moins défavorable aux actionnaires, sauf cas particuliers (essentiellement fraude manifeste).

Gibson passe normalement en chapitre 11, comme la plupart des grosses boîtes US en difficulté. C'est techniquement très complexe, mais concrètement moins contraignant et "infamant" qu'un dépôt de bilan à la française; c'est essentiellement un moyen de se donner du temps et de l'oxygène pour réorganiser et relancer en tenant les créanciers à distance pour un moment. Une différence importante étant par exemple que le gérant/dirigeant en fonction conserve la plus grande partie de ses pouvoirs de gestion au quotidien, ayant seulement besoin de l'aval des tribunaux pour valider sa signature sur certains postes ou décisions capitales. Disons qu'en gros et tant que la boîte semble en situation de survivre et qu'on n'en est pas à la liquidation, la "mise sous tutelle" y est bien moindre qu'en droit français. C'est plus proche de "je joue mon joker en pariant sur l'avenir" que "on est capot, voici les clés".