Dart guitarplayer a dit :
@listenangel
Salut ! Merci pour tout ces compliments.

Le monde de la musique a largement évolué ces 15 dernières années. À notre niveau de développement, je préfère créer mon propre label et sortir mes créations en récupérant l'intégralité des droits, des subventions et tout autre revenu que touche un label dans la création d'un album jusqu'à sa vente.

J'ai d'ailleurs regardé ce que proposait les "petits" labels accessibles et ils ne proposent pas plus que ce que je peux faire moi même. Ça me demande beaucoup de temps et d'investissement à tous les niveaux mais je me forme, ce qui me permettra de savoir de quoi on parle si je souhaite intégrer un label avec le groupe.

Concernant les grosses structures, je ne pense pas à notre échelle que nous les intéressons. Je m'explique:

Le but d'un label est de gagner de l'argent. Donc à l'heure où les groupes ne vendent plus de disques, il est difficile de rentrer dans ses frais et encore plus de faire du bénéfices. Donc au final, si je bossais dans un gros label, je ne bosserai pas avec 58 shots parce-qu'ils n'ont pas prouvé qu'ils étaient RENTABLE. Sous cette perspective, personne ne peut être dupe sur le fait qu'il suffit d'être bon pour avoir du succès.

Donc c'est à nous en tant qu'artiste de créer notre propre économie, de s'investir dans notre développement, d'aller chercher notre public et lorsqu'on aura fait nos preuves, lorsqu'on sera déjà rentable à notre échelle, alors là oui, on verra pour passer à la vitesse supérieure.

Sinon, signer sur un label n'est pas une fin en soit et je crois que tu serais surpris de voir le nombre de groupes qui sont amateurs et qui font de grosses tournées européennes. Particulièrement dans le métal.

Pour ce qui est de la com, lorsque l'on aura terminé l'enregistrement de l'album, on paiera un attaché presse qui s'occuppera de faire parler de nous dans les médias qui nous sont inaccessibles (magasines, radios nationales, télévision...) nous on s'occupera d'aller chercher directement des fans en publiant des reprises sur YouTube, des clips de l'album, des featuring avec d'autres artistes, et même d'autres types de contenus que j'ai besoin d'approfondir pour le moment.

Et bien évidemment, une tournée pour voir les gens en vrai !

On aura bien évidemment un budget pour les pubs Facebook mais tout seras fait pour que les vus permettent que les gens achètent l'album et tout le merch qu'on sortira d'ici là. Des vus pour des vus... Ça m'intéresse pas.

En attendant, je suis pas peu fier non plus de relancer le pressage de notre premier album de 500 exemplaires. On a quasi écoulé les 1500 qu'on avait.