Jean. a dit :
@saintgermainmusique
Oui, le produit de la résistance interne R (en kΩ) du tube
par sa pente s = dI/dU (en mA/V) donne son gain μ = s.R
(EDIT - sous réserve d'égaliser la résistance de charge)

12AX7 : s = 1,6 mA/V et R = 62,5 kΩ d'où son gain μ = 1,6 x 62,5 = 100
12AT7 : s = 5,5 mA/V et R = 11 kΩ d'où son gain μ = 5,5 x 11 = 60
12AY7 : s = 1,75 mA/V et R = 22,8 kΩ d'où son gain μ = 1,75 x 22,8 = 40
12AU7 : s = 2,2 mA/V et R = 7,7 kΩ d'où son gain μ = 2,2 x 7,7 = 17

la 12AX7 à plus de gain que la 12AT7
Justement, c'est le but recherché : réduire le gain en amont pour repousser
le seuil de crunch en aval. On remplace la 12AX7 (μ=100) par une 12AY7 (μ=40)

(...)
les transformateurs d’impédances sont donc différent,
c’est surtout ce qui fait ces différences de puissances.
(...)
C’est comme sur les peavey Classic30 et le Classic 50:
tous deux équipé de 4xEL84, la même tension d’alim,
mais des transformateurs d’impédances différents.


Les transfos adaptent l'impédance (élevée) des lampes à l'impédance (faible) des HP,
on ne gagnera pas en puissance rien qu'en changeant de transfo.

Par exemple si on remplace un HP de 16 Ω par un HP de 4 Ω, on va remplacer l'ancien
transfo par un autre de rapport N2/N1 moitié, mais de même impédance au primaire.
Sur ce primaire, tension U et courant I sont les mêmes qu'avant, donc la puissance aussi.
Au secondaire sous 4 Ω on a 2 fois moins de tension et 2 fois plus de courant que sous 16 Ω,
et au final la nouvelle puissance (U/2).(2.I) sera toujours égale à l'ancienne (U.I)

A moins que je n'ai pas pigé ce que tu voulais dire, tu m'expliques STP ?