globule_655 a dit :
@asiliumproduction
Oulà attention tu t'emportes et confonds plusieurs choses.

Tu dit peut de source sur une batterie n'engendrera pas un besoin de compresser (phrase de politicien politicien) car dans le font tu as utilisé peut de source et tu as over compresser, tu n'était pas obliger c'est sur, après pour la faire ressortir?


Je n'ai jamais dit quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à ce que tu dis là. Au contraire je disais que je ne vois pas en quoi plus de micros diminue le besoin de compresser ni pourquoi on aurait besoin de plus compresser si on a moins de micros. La compression et le nombre de micros n'a absolument rien à voir, d'où mon incompréhension. C'était une honnête question sur ce que tu recherches en multipliant les sources.


Pour le reste, sans reprendre point par point mais de manière générale, il y a une énorme différence entre ne pas gêner la performance de l'artiste et adopter l'attitude "ce n'est pas mon problème".
Tu parles du titre dont j'ai fourni le lien et tu dis que ça ne sonne pas et fais la liste de ce que TU estimes être des défauts. C'est un jugement de valeur. Toutes les personnes ayant travaillé sur le projet, de l'artiste à l'ingé mastering on validé cela. C'est leur vision telle qu'ils voulaient la construire. Qui sommes-nous pour dire que ça ne sonne pas (ce qui est ton avis par ailleurs) ?
Le groupe/l'artiste m'engage pour réaliser une vision, pas pour imposer la mienne. Ça ne veut pas dire qu'il ne peut pas y avoir discussion et conseil mais au final c'est l'artiste qui a le dernier mot (ou le réalisateur le cas échéant).

Par exemple, l'exemple que tu évoques avec le guitariste qui met trop de disto n'est pas si simple. Tout dépend pour quoi il t'engages. Y a t-il un réalisateur sur le projet ? Si oui, c'est à lui que revient la décision, pas au recordist. S'il n'y en a pas alors il faut engager la discussion avec le musicien pour bien comprendre quelle est l'intention et ce qu'il cherche à accomplir. Soit son action est justifiée et auquel cas notre job est de capturer cela le mieux possible, soit ça ne l'est pas et là il faut trouver une alternative pour arriver à l'impact escompté.
Ce qu'il faut prendre en compte aussi c'est le confort du musicien. Si la disto en question l'aide dans son jeu mais au détriment du morceau on ne peut pas lui demander de l'enlever. Un musicien qui est confortable produira quelque chose de bien plus utile que si il se bat contre le son que l'on juge plus "approprié". Il y a des compromis à trouver pour que tout le monde s'y retrouve.

le sondier est la pour aiguiller la performance


Non. Le sondier est là pour éviter que la technique ne se mette en travers de la route de la performance. Le réalisateur est là pour aiguiller la performance de manière à réaliser la vision de l’œuvre qu'ils ont fixé ENSEMBLE.
Le sondier peut donner son avis si la relation le permet mais il n'a en soi aucun pouvoir de décision finale sur l'artistique à moins d'être le réalisateur sur le projet.

Bien écoute je n'y est pas entendu une prise live, après prise mix j'ai eu le sentiment qu'ils jouaient chacun dans leur coin.
En ce qui concerne le batteur, soit il est vraiment pas fait pour ce type de jeux, soit c'est trop compresser (tel quel je n'entend aucune sensibilité de jeux ou d'approche du musicien "comme si il ce faisait chier" mais si c'est artistique c'est pas grave.


Encore une fois, c'est un jugement de valeur, qui est de plus insultant pour le groupe qui n'avait d'autre prétention que de faire une bonne maquette de ce morceau malgré leurs faibles moyens.

Les parties justifient de la dynamique de jeux deviennent assourdissante bouf tout les autre instrument ce qui n'est pas très agréable (c'est sur que si tu n'offre pas le comparatif au musiciens il ne l'inventera pas lui)


Jugement de valeur. Et je ne vois pas quelles parties sont bouffées sachant qu'il y a très peu d'instruments. On entend clairement la basse, la batterie et les guitares...
Le comparatif l'artiste l'a totalement puisque c'est eux qui l'ont joué en direct dans le studio. Il y a une écoute, on juge la prise et on décide de la refaire ou pas et je pense que chacun est suffisamment intelligent pour savoir si ce qu'il écoute lui produit la bonne réaction ou non.

maintenant si il valide une connerie, le sondier n'est pas obliger de la valider et il trouve une solution pour que ça reste audible en allant dans le sens de la demande.


Là tu sous-entends que l'ingé son sait tout mieux que tout le monde, ce qui est loin d'être le cas. Qui dit que ce n'est pas le sondier qui dit une connerie ? Personne n'est totalement objectif et juge en fonction de son propre bias. Oublier cela est à la fois arrogant et insultant pour le client qui a une idée bien précise de ce qu'il veut. C'est un terrain très glissant et c'est justement le rôle du réalisateur de trancher (après tout c'est aussi son rôle). Le rôle du recordist/mixeur est de traduire cette vision dans la réalité, ce qui peut impliquer de le protéger de lui-même. Après, si on parle du groupe débutant amateur qui se fait un kiff après une soirée arrosée c'est une autre histoire mais au tarif d'une prestation sérieuse ce n'est pas la majorité de la clientèle.

Un musicien qui valide un mix sur la dif du studio avant le mastering... Si il valide la mise à plat il faut laisser tel quel? (pleins de mec validerai la mise à plat...)


Comment veux-tu qu'il la juge autrement ? Ce qu'on écoute au studio est censé sonner avec le même impact partout. Si ce n'est pas le cas, c'est un lieu impropre au mix qu'il faut à tout prix éviter. De même, si on ne peut se fier à l'écoute du studio à quoi peut-on se fier alors ? A la multitude de système ésotériques de chacun sur lesquels chaque mix va sonner de 20 manières différentes ?
Si le mix produit le bon impact dans le studio, il reproduira le même impact ailleurs, c'est tout l'intérêt du studio et de payer une personne compétente pour le faire.
Et pourquoi la mise à plat ne pourrait pas être validée ? L'histoire est pleine de mises à plat qui ont fini sur l'album. Si le recordist a bien fait son travail et que les musiciens sont bons absolument rien ne l'empêche.
D'ailleurs, le but est qu'à tout moment on écoute quelque chose au plus proche possible du produit final, ce qui favorise l'inspiration au niveau de la performance et permet de garder un maximum d'objectivité tout en évitant d'avoir à remettre en question ses décisions plus tard. La mise à plat ne devrait être le plus proche possible du mix final et ne doit pas avoir à compter sur le mix pour sonner. De même que le mix ne doit pas compter sur le mastering pour sonner.

Tu connais l'histoire de l'album Nevermind et d'Andy Wallas?


Je ne connais pas Andy Wallas mais je sais qu'Andy Wallace travaillait surtout avec Butch Vig qui lui, avait pouvoir de décision en tant que réalisateur sur l'album Nevermind et a utilisé plus d'un tour pour réaliser la vision du groupe. Tout processus créatif implique des désaccords, ce n'est pas nouveau. Surtout, ça ne veut pas dire que Wallace a imposé sa vision. Il a employé un subterfuge afin d'obtenir ce dont il avait besoin pour réalisée la vision qui était définie. C'est une nuance qui a son importance.

Chacun son taf. Si je choisi d'attaquer au 1176 c'est pas le musicien qui me dira nan attaque au 160a tout comme moi j'irais pas lui dire quel accord jouer.


On est tout a fait d'accord. Les décisions techniques reviennent au recordist tandis que les décisions artistiques reviennent à l'artiste et/ou au réalisateur. Cela ne veut bien sûr pas dire qu'on ne peut pas en discuter. Tu argumentes le contraire mais conclus exactement sur ce que je dis depuis le départ ;)

Peace
Glob