Le Taz a dit :
@stef_pco
Que dire de toutes ces grosses pointures endorsées Marshall -et pas que sur les vieilles séries -? Buisness ?

La réponse est juste dans la phrase qui précède ta question. :mrgreen: La vérité, c'est que certains se prennent moins la tête, et font avec ce qu'ils ont sans être tatillon, d'autres grugent, carrément. Tu as déjà vu un Wizard sur scène avec AC/DC ou un booster sur le plateau ? Tu crois sérieusement que Doug Aldrich délaisse ses frigos remplis de têtes 1959 modifiées pour des Haze 40 ou des JMD en partant en tournée ? Il y a des deux. Quand j'ai des demandes de backline Marshall pour des master class, on ne me demande ni JVM (j'ai même vu des objections écrites), ni Vintage Modern, ni JMD, Haze ou MA. C'est à chaque fois le DSL 100 ou 50, qu'ils sont sûrs de pouvoir trouver en location.

Après, tu as aussi des histoires d'égo qui se mêlent au business. Pourquoi Van Halen n'a-t-il jamais signé chez Marshall ? Aujourd'hui, sa marque est sous-traitée par... Fender. Il a claqué la porte de chez MusicMan, quand Peavey - qui lui a conçu un modèle signature fortement inspiré du SLO100, lui a proposé de développer également une guitare sur 2 niveaux de gammes et, donc, encore plus de royalties. Il a claqué la porte, à nouveau, en apprenant l'arrivée de Joe Satriani dans l'écurie... Si je prend cet exemple, c'est aussi pour souligner le grand écart du bonhomme, qui passe d'un plexi combiné à divers appareils, au fameux Peavey 5150 (6505 aujourd'hui), qui lui-même n'a rien à voir avec le 5150 III. Aucun de ses amplis ne sonnent de la même manière.

Alors oui, c'est souvent du business. Tu ne crois pas qu'un type qui joue dans des stades s'arrête pour faire des vidéos ou des show-case d'amplis d'entrée de gamme juste par passion. C'est du show-business tout ça. Sans parler des amplis modifiés à la demande des artistes. Je connais certains zicos qui arrivent en trimballant leur propre matos, plutôt que de jouer sur l'ampli que lui fournirait sur place leur contrat. :wink:

Bien sûr qu'il y a des mecs qui aiment Marshall sincèrement. Comme moi d'ailleurs. Mais si Satriani a donner son nom à un JVM, c'était à la condition d'avoir le son clair non pas d'origine, mais celui de ses 6100 de prédilection dans lesquels il branchait sa disto, comme avec le JSX pour un paquet de morceaux. Tu sais d'où vient le nom JCM800 chez Marshall ? A la fin de leur contrat de distribution signé avec la société Rose Morris, ils ont refait le design extérieur et changé le nom tout en gardant les numéros (2203, 2204, 1959, etc.), sans rien modifier dedans, juste pour rendre obsolète les modèles JMP encore en stock chez leur ancien distributeur. C'est pas encore le Loup de Wall Street, mais sûrement pas le monde des bisounours.