Le Taz a dit :
Outre que comme tu le notes plus loin le JVM ne fait pas l’unanimité, les amplis des locaux de répète sont souvent rincés, donc pas forcément la bonne référence.

C'est sûr. Mais je crois qu'il a aussi le défaut d'une très large partie de la production actuelle, d'être voicé pour faire son effet en magasin avec un son proche des sons de guitares après production. C'est du coup moins efficace sans repiquage. Le Master Volume est arrivé chez Marshall pour la même raison : les clients potentiels ne retrouvaient pas le son des disques en se branchant dans les SLP dans les magasins, les vendeurs de l'époque craignant à juste titre pour leurs oreilles mais aussi pour le voisinage, de laisser pousser un engin pareil ou même un AC30 à fond, à longueur de journée à chaque nouveau client. Au final, ça marche bien, les 2203, mais il y a encore des irréductibles qui détestent l'effet du master volume. Mais actuellement, j'ai l'impression qu'on est passé au stade du son pré-mâché, même un 800 Master Volume. Il faut arriver à trouver tout de suite, dans la boutique, le son du Marshall de tel ou tel artiste, négligeant tous les facteurs qui font que ce n'est pas un son 100% Marshall : booster ou disto en amont, placement du micro, mix, etc.
Bref, je pense que c'est une histoire de voicing, mais mes connaissances en électronique sont proche du néant. J'avoue que j'aimerais bien comprendre pourquoi un Soldano SLO100, Hot Rod ou un Bogner XTC, arrivent à avoir une patate, un gain et une présence énormes (digne d'un 800 pour les Soldano) alors que la quasi-totalité de la production d'ampli deux canaux n'arrivent pas à combiner tout ça en même temps.