Cydapple a dit :
Apprendre le solfège ne veut pas dire ne pas sentir la poésie et l'expression musicale. Pas antinomique, au contraire.

Apprendre l'harmonie ne veut pas dire ne pas sentir la poésie et l'expression musicale. Pas antinomique, au contraire.

Avoir travaillé sa technique ne veut pas dire ne pas avoir de feeling, pas antinomique, au contraire.

En chier pour parvenir à un résultat n'est pas une peine, c'est un moyen de transcender ses propres limites, ce n'est pas une souffrance mais un très belle satisfaction.

Travailler sa musique d'un point de vue académique ne veut pas dire ignorer les musiques, les rencontres, au contraire, elle permet de mieux les intégrer, pas antinomique, au contraire.

Savoir lire ne veut pas dire ne pas savoir écouter, savoir écrire ne veut pas dire ne pas savoir exprimer.
Avoir une technique ne veut pas dire se limiter, au contraire, avoir des connaissances harmoniques ne veut pas dire ignorer les harmonies du monde, au contraire.

Mais je ne souhaite pas défendre certains points de vue.
Pour beaucoup, je suis un bassiste/.contrebassiste qui en fout plein la gueule sans grand intérêt, le genre frimeur avec des basses avec trop de cordes, des traits rapides, qui aime jouer souvent vite et bien vert.
Mais ça c'est ce que j'aime, ce qui ne veut pas dire que je me limite à ça. Beaucoup de gens disent "il n'a pas de feeling", et cette phrase veut dire "omg, encore un mec qui a bossé et merde, frimeur".

Feeling ne veut rien dire, mais alors rien, si tu trouves qu'un musicien n'a pas de feeling, c'est que tu dois te poser des questions sur ton propre feeling, ta propre capacité à percevoir la sensibilité dans la musique.
Je ne connais aucun musicien qui joue comme une machine, TOUT LE MONDE a du feeling, mais pas tout le monde peut le ressentir.

Perso, j'ai eu une formation très classique, mais rien ne m'a empêcher d'apprendre les tablas et la musique indienne, rythmes et raag.

Il y a dans certains modes de pensé, en effet, un réel nivellement par le bas.
On ne peut promouvoir le "ne pas apprendre" comme un mode d'évolution musicale.
Apprendre revêt des milliards de forme, classiques ou non, et il n'y en a aucunes supérieures à d'autres.

Sur la contrebasse, je répondrai un peu plus tard car la réponse est pas si facile que ça ;)