Accueil Actualité Articles Instruments · Matériel Petites annonces Forums Annuaire Concerts My
Devenir membre  |  Se connecter
Rubriques
Newsletter
Pour être prévenu des nouveautés du site.
s'inscrire
 

Les préamplis

Par Nicolas [no-one] STURMEL

A l'heure du tout numérique, souvent qualifié de froid ou de rigide, les préamplis à lampe sont de plus en plus utilisés pour la chaleur de leurs tubes.
A quoi sert un préampli, comment fonctionne-t-il, et lequel choisir ? Les réponses sont dans cet article...

Si le microphone produit le son, le préampli se charge de le rendre utilisable. C'est donc un élément indispensble de la chaine de prise de son, car il peut rendre misérable un microphone hors de prix, ou donner à un micro moyen un caractère digne des plus grands.

Préampli TL Audio

Pourquoi un préampli ?

Un microphone de studio transforme une onde acoustique en signal electrique. Sauf pour certains micro à elecrets, le niveau de sortie d'un micro est de l'ordre de quelques millivolts. Comme ce niveau est très faible, il est indiqué en décibels par analogie au gain qu'il faudrait pour ramener le signal à 0 dB volt (0.775 volts). En règle générale, les microphones ont un niveau de sortie de l'ordre de -40 à -60 dB volts, que le préampli se charge de réhausser.

Cet équipement indispensable est bien souvent déjà présent sur les tables de mixages ou cartes son professionnelles haut de gamme, mais les contraintes d'intégration et leur aspect secondaire dans les spécifications du produit jouent en leur défaveur : en effet, ces préamplis ont souvent un son trop pâle, et ne proposent que rarement les fonctionnalités avancées qu'on peut retrouver sur les "vrais" préamplis.

Car c'est là tout l'avantage d'un préamplificateur : il ne s'occupe pas seulement d'amplifier le signal issu du micro, mais le transforme également ! Il peut le rendre plus clair, plus chaud, et inverser le signal par exemple.

Comment ça marche ?

Les préampli se divisent en deux grandes familles :
- Les préamplis à transistors (JFET ou MOSFET), une technologie récente et robuste.
- Les préamplis à lampe, au son chaud et vintage (très recherché parfois)

Nous allons décortiquer ces deux "familles".

Les préamplis à transitors.

Le transistor a été découvert dans les années 1950. C'est un composant à base de silicium qui permet, sous cetaines conditions, d'amplifier un signal. Il est généralement très petit, et très simple à mettre en oeuvre : c'est donc le composant idéal des préamplis intégrés aux consoles et racks de cartes sons (sauf exceptions, comme les consoles TL Audio par exemple).

On retrouve deux modes d'amplification : classe A et A/B. La première est plus difficile à concevoir, mais offre un son d'une grande pureté dans tous les sens du terme, et principalement au niveau de la distorsion. La classe A/B par contre, est plus facile à produire, c'est donc elle qui possède le meilleur rapport qualité/prix.

Mais on reproche quand même aux préampli à transistor une certaine froideur. Le son sorti est clair, mais donne un impression "chirugicale" : il est trop propre. Cet effet, accentué avec l'arrive du numérique (les convertisseurs utilisent des transistors), est l'une des raisons du retour en force des lampes.

Les préamplis à lampes.

Lampes Qu'est-ce qu'une lampe ? Non, ce n'est pas un ampoule électrique, en tout cas, pas ici ;-). Mais ce composant doit son nom à un filament de chauffe placé au centre du tube, et légèrement incandescent. C'est l'ancêtre du transitor, son fonctionnement est similaire, mais en lieu et place du silicium, il y a du vide (on appelle aussi ces composant des "tubes à vide").
C'est à base de tubes qu'ont été réalisés les premiers équipement de studio. Le tube a donc une valeur très sentimentale pour les amateurs de rock et blues, car il produit un son très caractéristique de l'époque : une légère distorsion et une bosse dans les aigus. Ce son n'est d'ailleurs pas seulement dû au tube, mais aux condensateurs utlilisés en amont et aval du tube.

Mais les tubes ont de gros défauts : ils nécessitent de très hautes tensions pour fonctionner (50 à 300v pour une triode, jusqu'à 1000v pour une pentode !), et en plus d'être encombrant, ils chauffent et consomment beaucoup d'énergie.

Si malgrés cela les préamplis à lampes sont toujours là, c'est en raison de leur son inimitable. Et les appareils les mieux concus se négocient à prix d'or, parfois à plus de 3000 euros pour un seul canal !

Les arguments de vente

Les caractéristiques qui sont mises en avant pour un préamplificateur sont :
- le rapport son sur bruit (S/N) (donné en décibels, plus il est haut, plus il est bon)
(ou le niveau de bruit, alors donné en négatif, plus il est bas, plus il est bon)
- le taux de distorsion. (logiquement : plus il est faible, plus il est bon)
En effet, ces deux caractéristiques permettent de quantifier la manière dont est modifié le signal issu du microphone. Mais les technique de mesure de ces grandeurs pouvant varier d'un fabriquant à l'autre (et d'un modèle à l'autre), elles ne sont qu'indicative, c'est pourquoi un appareil ayant un rapport S/N meilleur de 3 dB par rapport à un autre n'est pas forcément meilleur.

Régler un préampli.

Ces appareils fourmillent de petits boutons au sens mystérieux que nous allons démystifier :

Le connecteur "IN" : C'est la prise où on connecte le microphone, généralement en XLR pour des connections symétrique (point de salut si elle ne l'est pas), et en Jack 1/4" pour des entrées asymétriques destinées de préférence aux instruments.

Un bouton "+48v" : Ce bouton va activer l'alimentation externe nécessaire à certains microphones électrostatiques. C'est un courant continu transmis au microphone qui polarise la capsule. Attention ! même si logiquement les microphones dynamiques sont protégés pour ne pas griller quand ils sont branchés sur un préampli avec l'alimentation phantom activée, ce n'est pas une chose à essayer... vous êtes prévenus.
Préampli
Un bouton, ou PAD d'atténuation, généralement -20 dB : Quoi de plus étonnant de trouver un bouton qui atténue le son sur un appareil qui l'amplifie me direz vous ? Sa présence a plusieurs raisons : les prises de sons sur des instruments aux volumes élevés (amplis de guitare/basse, batteries) peuvent nécessiter une atténuation. L'utilisation de l'ampli en boite de directe (Niveau Instrument -> Niveau micro) passe aussi par l'activation d'un tel bouton.

Un potentiomètre de gain : c'est lui qui va précisément commander l'étage de préamplification. C'est donc ce bouton qu'il faut ajuster pour avoir le niveau désiré : on déduit souvent le bon réglage à partir du vu-mètre placé sur le préampli.

Sur les préamplis à tube : il y a souvent un fonction qui contrôle la contribution même de la circuiterie du tube. Appellé "Drive" ou par le biais de pré-reglages (comme sur les préamplis ART utilisant la technologie V3). Si un tel potentiomètre est absent, c'est directement avec le potentiomètre de gain qu'on arrive à contrôler la "chaleur"du son.

Un VU-mètre : parfois à cadran (à aiguille), mais souvent à LED, il indique le niveau du signal en sortie de l'étage de préamplification. Il permet d'éviter toute saturation qui pourrait dégrader le signal (effet qui peut d'avérer intéressant).

Un bouton d'inversion du signal ("Invert") : il permet d'inverser le signal (opérer une modification de la phase de -180°). Ce genre de bouton est vital dans le cas de prises de son stéréo ou live, pour assurer la cohérence de l'ensemble des signaux arrivant au mixage. Lorsque les instruments sont enregistrés un à un, ou par des micros uniques, il n'a que peu d'intérêt.

Un dernier potentiomètre est parfois présent, il permet de régler le niveau de sortie : il est très utile dans le cas des amplificateur à tube. On peut choisir de pousser au maximum l'amplification du circuit à tube pour forcer l'effet de distorsion, et choisir d'atténuer le signal par la suite.

Le connecteur "out" : son utilsation est semblable à celle du connecteur In, sauf qu'il sert à brancher le préampli à la console ou la carte son :-)

En plus de ces boutons génériques, chaque préampli peut avoir ses propres fonctions. De plus, la mode est maintenant aux "voice channel" : dans un rack sont combinés préampli, compresseur et égaliseur. Il n'y a donc plus qu'à brancher la sortie du rack sur un convertisseur pour tenter de faire la prise de son optimum.... mais préparez vos bourses ! de tels appareils ne se négocient pas à moins de 400 Euros pour les plus bas de gamme...

Quel préampli choisir ?Avalon, marque phare dans le domaine des préamplis

Après ce petit topo plus ou moins technique, vous voilà au courant de l'utilité d'un préampli, ainsi que de leurs diférentes fonctions. Mais quel préampli choisir ? faut-il gagner au loto pour acheter le préampli Avalon vintage à 5000 Euros pour réussir une prise de son ? ou bien le préampli la table de mixage de mon papa DJ dans les année 70 suffira-t-il pour enregistrer la voix suave de mon amie chanteuse ? Patience !.... nous y arrivons :)

En fait, tout dépend du son recherché :
Pour les styles comme le blues, le jazz, et les voix suaves, on préferera un préampli à tube, de plus ou moins bonne qualité selon le budget, associé à un micro statique.
Pour la scène, la taille réduite et le faible coût des préamplis à transitors en font des éléments de choix dans ce genre de situations où les oreilles des spectateurs ne seront pas aussi exigeantes que chez eux entrain d'écouter un CD.
Pour les prises de guitare et de basse electriques : un préampli à tube ajoutera de la profondeur au son, mais un préampli à transitor pourra suffire, étant donné que le but est de restituer le plus fidèlement possible le son en sortie de l'ampli de l'instrument.
Enfin, pour les prises acoustiques, les propriétés générale d'un préampli seront plus importantes que sa technologie : on y cherche le moins de bruit et de distorsion possibles. Un préampli à transitor de classe A donnera peut-être un meilleur son, mais sera aussi plus cher qu'un préampli à lampe de milieu de gamme.

Dans tous les cas :
Il ne faut pas choisir un préampli pour ses caractéristiques techniques ! En effet, nul besoin d'avoir un rapport signal/bruit annoncé de 90 dB si celui de votre micro est de 77 ou 80 dB (cas de certains micro Rode à 400 Euros pièce par exemple). Il est également inutile de comparer les taux de distorsion des amplis à lampe face aux ampli à transitors : la distorsion des modèles a transitors est beaucoup plus brutale, et plus désagréable... alors qu'on admettra une distorsion plus importante sur les préampli à lampes, même de grande marque !.

Une chose à retenir : le préampli et le micro forment un couple inséparable ! Ce n'est pas parce qu'un préampli va bien sonner avec un microphone spécifique qu'il va être objectivement bon, et inversement. Mais comme toujours une règle est de mise : plus c'est cher, et plus ça a de chances d'être bon.
En savoir plus

haut de page
Il y a 30 commentaires sur cet article.
Commenter cet article
Posté le 25-11-2008
Cocooncrazy
Moi j'avais acheté un préamp art et j'ai vite compris l'intéret de remplacé la lampe bas d'gamme ! J'ai donc remplacé la 12AX7A chinoise par une U.S ARMY de chez GÉNÉRAL ÉLÉCTRIQUE et franchement aprés comparatif mon ART est a hauteur d'un TLA CLASSIC !!!
Posté le 31-07-2008
lemesk
j'aurais voulu savoir si un preamp a lampe enlève vraiment le crunch et l'attaque lors d'une prise de son de guitare ?

merci
Posté le 01-04-2008
dani
Cet article est trés bien conçu mais il n'aborde pas le problème du souffle généré par un ampli à lampe . Es-ce-que ce souffle s'entend à l'enregistrement ? Paerso. je voudrais donner du grain à ma précision-bass Fender lorsque le m'enregistre sur mon 8 piste numérique mais si y a du souffle avec un préamp à lampe autant en revenir aux bandes cassettes ???
Vous avez des conseils sur ce sujet svp ? Que vaut le art tube mp ? ou y a t'il un modèle qui ne souffle pas ?
Posté le 03-09-2007
orla
je suis technicien mais je vais VOLONTAIREMENT utiliser des termes et shémas simples pour éviter les rigolotes polémiques que l'on peut voir ici!!!
(ha ha bien dit anonyme!je le connais je bosse avec lui et il a raison le bougre)

solution 1
micro > in-preamp externe > out-préamp externe > in préamp-console (entrée de tranche): dans ce cas le signal tout riquiqui et tout nu venant du microphone bénéficie du traitement qu'il subit via le préampli externe (à condition qu'il soit de qualité) - puis ce signal bien pomponné body-musclé et habillé en costard passe par le préamp de la console. Sur certaines console il ne sera pas nécessaire d'agir sur le préamp de tranche, les réglages du préamp externe suffirons à faire réagir les leds ou vu-mètres console - sur d'autres consoles un petit réglage du préamp de tranche sera nécessaire mais doucement car devan il y a déjà le réglage de gain du préamp externe, mais comme tout préamp, son rôle est avant tout d'apporter un augmentation du signal électrique (donc si le signal venant du préamp externe est "beau" celui de la console augmentera du "beau".

solution 2 entrer le préamp externe en insert dans une tranche de la console.
(là je vois tes yeux qui s'arrondissent!!)
je m'explique : le signal électrique en temps normal passe par l'entrée de tranche de console puis son préampli et galope vers les EQ, entre les 2 il y a en dérivation "un départ puis un retour" possible de ce signal vers un processeur ou un compresseur/gate par exemple. donc étant donné qu'il y a un retour, ce qui signifie "une entrée possible" il suffit de l'utiliser.
La fiche jack insert (format stéréo) utilise une masse commune, un contact pour le départ et un contact pour le retour, ce retour est donc une entrée!!)
Il faut utiliser bien évidem. un câble insert en "Y" c'est à dire avec un fiche jack stéréo d'un côté - masse commune et de l'autre côté deux fiches jack mono: le point chaud de chaque jack mono reliant pour l'un, un des points du jack stéréo (la pointe par ex) et pour l'autre l'autre point (le milieu)- l'un des jacks mono sera "IN" l'autre jack sera "OUT" toutes consoles n'ont pas toujours le même shéma en insert, en cas de non-signal il suffit d'inverser les deux fiches mono.
donc le shéma sera le suivant :

micro > IN-préamp externe > OUT-préamp externe avec le jack mono "OUT" du câble d'insert en "Y" (laisser de côté l'autre jack mono "IN" mais penser à l'isoler de tout contact avec les appareils branchés c'est mieux...) puis > IN-insert tranche console avec le jack stéréo!!!
le préamp de la console est by-passé (le mettre à zéro) en augmentant le gain du préamp externe tu verras grimper ton signal qui vient directement de ce dernier et va se promener dans les EQs, si tu n'as pas de signal tu t'es alors trompé de jack mono sur le câble insert, tu inverses donc en sortie de ton préamp externe et le tour est joué!
pas mal d'ingé-son utilise ce système y compris ma pomme!
bon courrage
Posté le 10-07-2007
seba_t
Bonjour!

J'aurais une question a propos des branchement des préamplis!

Si le préampli sert a renforcer le signal du micro, comment on fait pour brancher tout ça sur une table de mixage???

Micro::Préampli::Table::Ampli::Enceinte ?
Micro::Table::Preampli::Ampli::Enceinte ?

Merci en tout cas pour les autres infos!
Posté le 25-06-2007
anonyme
hi hi vous étes rigolos tous les 2 avec vos scriptes joutes (no one et ludo), à croire que vous avez vraiment des choses à prouver . La démarche de msieur no-one est cool pour participer au site et permettre ainsi aux débutants de s'y retrouver un peu, bon c'est vrai il y a quelques erreurs mais dues j'imagine au fait que l'auteur s'efforce de faire simple pour la bonne compréhension de tous, non-one est un passionné...ça se sent et il retranscrit à merveille les cours qu'il a potassé, ses fiches et la panoplie dunod/eyrolles et cie. On dirait que ludo a de la pratique à défaut de diplôme ronflant mais de grâce arrêter le massacre et les éscarmouches.
(un petit rappel titille depuis longtemps et que je dirige vers certains articles que j'ai pu lire et j'en profite par le droit de liberté d'expression, "ingénieur du son" est un métier, une profession, avant de se coller se titre à la peau il faut possèder un bon bagage d'életronicien expérimenté suivi de nombreuses années à la fois passées sur scène (façade & retour) et en studio, être capable d'ouvrir une boite pour pouvoir réparer illico en cas de pépin et de gérer toutes sortes de problèmes (nombreux souvent) rencontrés dans le secteur d'activité de la scène, du spectacle et de l'enregistrement sonore. Une option "son" dans une école supérieure et quelques plans sur quelques années ne délivrent automatiquement cette dénomination auto-proclamée (je ne le répète jamais assez à mes élèves et mes stagiaires et cela me fait tourjours sourire de voir leur carte de visite un mois après la fin de leurs cours).
bonne continuation et sans rancune.
Posté le 18-03-2007
trubac
Le problème de la phantom sur les micros ruban est simple : c'est quand on branche la phantom (ou qu'on la débranche) ... à ce moment précis il peut y avoir une surtension (le potentiel de 48v ne ce fait pas instantanement) qui grille le ruban (bande alu de 2 microns d'épaisseur), mais comme le dis ludo c'est sans danger dans le principe (tension nulle).
C'est le même probleme avec les alims des pc portables ! on peut griller une carte mère en branchant/débrachant le cable d'alim si il est toujours connecter au secteur ... une petite surtension et paf !
Posté le 22-01-2007
SkySaxon
Et puis je pense que cet article s'adresse a l'utilisateur Z qui par exemple n'y connais rien en fantom et voire meme pire qui bricole ses cables et ses micros comme un naze. Par exemple, moi-meme, j'ai un jour omis de desenclencher le petit fantom vilain et quand j'ai branche mon cable fait-maison-tout-pourri sur la table, avec le micro au bout, et bien devinez quoi? Et oui, paf le micro(ou pshit, je me rappelle plus bien). Et pourtant c'etait pas un M160.

Je serais d'avis pour dire: Mieux vaut etre prevenu.

Sinon je vous propose un duel au M160, le midi, autours d'une table Berhinger?
Posté le 09-01-2007
no-one
C'est précisément parce que des problèmes (que tu cite toi même) existent qu'ils ne faut pas tenter le diable.
Il y a un monde entre pratique et théorie et je t'invite à brancher un M160 sur une alim phantom avec des bons cable pour me prouver le contraire, cher Ludo de SSR.
Posté le 28-10-2006
Ludo de Super Sonic Record (SSR)
a partir du moment qon ne sait pas comment marche, ni le principe de l'alim fantom.....on ne peu pas poster sur ce sujet! lol

L'alim fantom porte bien son nom de "fantom", c a dire qon ne la voit pas, deux des 3 connecteurs XLR la porte et son au meme potentiel, c'est a dire q'entre ces 2 conecteur la tension est de 0 V, pourtant il sont tous les deux au potentiel 48V.

C'est une regle simple de physique ! et si ton micro "pete" sur une fantom ou une basse.....c'est pas du au principe meme de l'alim fantom mais soit a une defaillance de la console (court circuit masse/pin2 ou pin3)ou un probleme de conectique reliant le micro.

Certains cable du commerce, adaptateur XLR/Jack etc etc ...relie la masse a la pin 3,pour palier du symetrique a l'asymetriq (ou vice versa) chose a ne jamais faire !!!!!!! Oui dans ce cas c'est dangereux !!!! Mais en aucun cas l'alim fantom est a remettre en question .
Posté le 12-10-2006
no-one
En réponse à Ludo de SSR :

L'alim fantom est bien dangereuse pour certains micros dynamiques : les micros à rubans.
Maintenant, libre à toi d'essayer de brancher ton M160 sur du +48v, moi on m'a dit de ne jamais le faire, et je n'essayerai pas.
J'ai vu aussi, de mes yeux, des dynamiques de basse qualitée s'amocher à force de les utiliser avec alim fantom allumée.

Donc, la pratique, il n'y a que ça...
Posté le 24-05-2006
anonyme
Bonjour à tous,
Quelqu'un peut me dire comment déterminer si une lampe est encore bonne ou s'il faut la remplacer?
Posté le 15-05-2006
Ludo! de SSR!
Quand a l'utilisation de la boite de direct auquel il est qi que en gros elle sert a passer d' un signal mic au signal line (instrument)..... C'est aussi faut !!!! ca c'est le role d'un pré amp , a lampe ou non.
La boite de direct sert a transformer un signal asymetric (2 point) en signal symetric (3 point ) et cela pour 1 seul raison:

On cré en symétrie 2 courants porteurs electroniquement oposés, qui par la diférence de potentiel crés un signal final de gain X 2 mais surtout annulant les parasites !!! Très utile lorsqu'il faut tirer de longueurs de cables comme lors d'un concert entre la console et la régie 50m plus loin en facade.

Je ne vais pas etre plus long, mais faut faire attention a ce quon dis et etre le plus precis. Ceux qui veulent plus d'info ou des schéma n'hésitez pas a me contacter: Ludo de SSR : super.sonic.record@tele2.fr

Sinon, moi aussi j'adore les lampes !!!! le claquement des compresseurs de TLA est inégalable !!!
et pour moi le seul defaut des lampes c'est pas les distorsions, loin de la, mais plutot le souffle que l'on peut chopper.......mais est ce un inconvenient?

Musicalement, Ludo!
Posté le 15-05-2006
Ludo de SSR
J'apporte quelques rectifs a l'article:

D'abord, il est dis que l'alim "fantom" (48V max) peut etre dangereuse pour vos micros non static.....ben c'est faut. En effet, l'alim fantom se reparti comme suit: Pin 1 = Masse P2 et 3=48V, or dans le cas d'une liaison symetrique (micro) le signal audio est porté par Pin 2 et 3 (point chaud et froid) toute les deux au meme potentiel c'est adire 48 V. Donc pas de différence de potentiel donc pas de souci. Le danger aurait été de creer un signal audio entre Pin 2 (ou3) et Pin1, la, la différence de potentiel serai de 48 V, bref ca fumerai ! mais ce n'est pas le cas meme dans le cas d'un montage adaptateur Symetrie/asymétrie.
Les mec qui ont pensés ça été pas bêtes!
Je m'explique : lorsque vous voulez passer d'un signal symetrique a asymetrique, sachez que la masse symetrique peut être laissée de coté car elle ne porte en aucun cas le signal. Brel utilisé Pin 2 comme + et Pin 3 comme -. Pas de souci pour l'alim fantom car encore une fois meme potentiel.
De plus sachez que la plupart ( pas toute) des alim fantom s'ecrase en cas de mauvaise utilisation. En effet leur faible intensité leur permet une efficacité de protection.
Posté le 17-10-2005
target
bonjour tout le monde. et bien c'est en chrchant a koi servaient ses fameuses lampes sur des amplis, la teknologie vite fait, ke je suis tombé par un heureux hasard! sur cette page!!! et figurez vous, ke non seulement les lampes, mais le reste aussi m'a grave interresse....! merci donc a celui ou ceux ki ont ecrit de texte de vulgarisation; kan aux kestions des preamplinautes, lla c'est votre langue grammaticale lol en tous cas merci
Posté le 11-07-2005
PML
Je me réponds à moi même:
Le V3 contient un tube mais aussi un étage préampli à semi-conducteurs.
Bon! pourquoi pas.
Mais l'alim se fait sous 9V. Comment fait-on alors pour polariser le tube????????.
PML
Posté le 14-06-2005
danesh
salut,
on aurait aimé justement quelques exemples de couples cohérents en matières de préamplis et de statiques.
Posté le 10-06-2005
PML
Encore moi
Le préampli ART MP tube studio V3 (dans le désordre) est-il un préampli utilisant un tube ou une modélisation de la réponse d'un tube réalisée à l'aide de semi-conducteurs???

C'est toujours l'alim qui me chiffonne (ça doit être chronique chez moi :o)))

Posté le 10-06-2005
PML
Bonjour,
Une chose me chiffonne bigrement, c'est cette Guitare Takamine avec préampli à lampe incorporé et alimenté par une pile de 9V.
Comment peut-on obtenir la haute tension avec neuf petits volts??
Même avec un convertisseur (dont le rendement est déplorable et donc durée de vie de la pile qq minutes) le poids ne doit pas être négligeable et les rayonnements parasites non plus.

J'ai tendance à avoir le même raisonnement avec un ART MP studio V3.

Me trompe-je ???
Posté le 08-06-2005
dan
Bonjour j'ai une question assez simple :est ce qu'un préampli eclaircit ,ou donne plus de chaleur au son ou sert il juste a rehausser le volume ?je pense par ailleurs acquerir le dmp3 de chez M audio.est ce un bon choix? bye et merci pour l'article
Posté le 09-05-2005
normalement
Normalement ton signal passe par le préamp tout de même.
Le niveau ligne ne signifie pas que ça va être envoyé directement dans l'étage de puissance, ça indique juste le niveau à envoyer dans cette tranche par le jack.
Posté le 23-11-2004
anonyme
Question subsidiaire :
Sur une console, lorsqu'on connecte un instrument en jack, le signal passe-t-il par le préampli ?
Pour moi, cette entrée est au niveau ligne, et ne nécessite pas d'être préamplifiée. Ai-je raison ?

Merci
Posté le 12-10-2004
no-one
la difficulté de conception se trouve justement dans le placement du point de polarisation.

Les amplificateurs opérationels qui sont utilisés dans les préamplis bas de gamme possèdent un étage de sortie de type push pull, donc de classe AB au moins.... CQFD
Posté le 28-09-2004
anonyme
Les préamplis fonctionnaient toujours en classe A (du temps de mes études). Seuls les Ampli de puissance fontionnent en classe AB ou même B . Le but de la classe AB ou de la classe B n'est de simplifier la conception de l'ampli, mais d 'améliorer le rendement de l'étage de sortie (étage de puissance) donc de diminuer la consommation d'électricité et le dégagement de chaleur .En particulier , la classe détermine la consommation de l'ampli "au repos". Les amplis de classe A sont intrinsèquement plus fidèles (en théorie), ... et l'hiver ce sont de bons radiateurs (en pratique) .
Posté le 08-09-2004
no-one
Dans la mesure où, dans un tube à vide, on cherche à créer un faisceau d'électrons, la présence d'un gaz, même inerte, pourrait provoquer une ionisation et entraver l'établissement du faisceau (comme dans le néon)

Si ce phénomène est bienvenu dans les "vraies" lampes, il n'est pas recherché dans les tubes, donc a priori, ils sont toujours "à vide".
Mais c'est à vérifier.
Posté le 08-09-2004
Yannick
Question :
Pour la musique, les tubes sont toujous seulement à vide et pas à gaz ?
Posté le 11-08-2004
NRV123
Juste une précision par rapport à cet article: les préamplis à lampes ont un temps de montée plus longs que les transis... Ils bouffent donc légèrement l'attaque, donc pas idéaux sur des sons percussifs (batteries, certaines guitares,...)
Posté le 30-06-2004
Perfectionniste
Bien joué ! Cet article est très bien fait.
Mais j'ai un peu de mal avec les fautes d'orthographe ou de frappe.
Je veux bien les corriger si tu veux.
Les relire avant parution.

Le site est vraiment bon. Merci
Posté le 22-06-2004
stingray
complet & sérieux.
rien à dire si ce n'est bon boulot!
Posté le 22-06-2004
adsr
encore une fois du bon boulot...clair et concrêt...bravo...
© ZIKINF. Tous droits réservés. musicompare.com Zikinf sur Google+ Zikinf sur Twitter Zikinf sur Facebook